Famille ESCHBACH du Neuhof
Famille ESCHBACHdu Neuhof

 

Famille Eschbach

du Neuhof

 

 

Souche ESCHBACH

de

Wingersheim

 .

Vous trouverez sur ce

nouveau site Internet

toutes les informations

concernant

notre famille

.

Ce site a été créé le

15 Avril 2014

par

Jean Louis Eschbach

Webmestre

 

.

.

Actualité

.

 

Par respect du cachet privé, certains articles sont cryptés

réservés à l'usage de la famille Eschbach et ses alliées

 

Pour obtenir le mot de passe

n'hésitez pas à me contacter

en cliquant le bouton ci-dessous. 

 

Ce site a été crée le 1er Mai 2014

Il est administré

par

Jean Louis Eschbach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

visiteurs

 

.

 

 

 

 

Les cimetières

du Neuhof

 

 

Condensé historique

d'après les Archives

 

Par Jean Pierre ZEIL

 

Deux cimetières de taille différente concernent les habitants de Neuhof

 

Le cimetière sud

 

Deux cimetières de taille différente concernent les habitants de Neuhof dont le cimetière sud. Il est le plus ancien des cimetières implantés à Neuhof. Situé au lieu-dit "Kritt", entre la rue du Pont Schuhansen, la rue du Rhin-Tortu et la limite de la forêt d'Illkirch, il était réservé à Neuhof.

 

Sa création remonte approximativement à 1800. Il présentait alors une modeste superficie de 0,6 hectare. Initialement éloigné de plus de 400 mètres des habitations, situé à l'ouest du Rhin Tortu mais avec un sous-sol imperméable, le cimetière sud bénéficia d'une des meilleures situations à Strasbourg.

 

Peu de temps avant la Première Guerre mondiale, le 26 juin 1912, le conseil municipal lui conféra sa dénomination actuelle "cimetière sud" et décida d'augmenter sa superficie. Le cimetière devait alors couvrir 2,7 hectares. Mais l'acquisition des nombreux terrains nécessaires et la guerre retardèrent l'aboutissement de ce projet. Le 4 février 1920, le conseil municipal rediscuta le projet et, le 19 janvier 1921, le préfet du Bas-Rhin donna son accord. L'extension portait la réserve d'emplacements à environ 3 400 tombes d'adultes, 700 tombes d'enfants et 360 tombes à urnes.

 

Quarante années plus tard, le 4 janvier 1960, la ville de Strasbourg décida d'étendre à nouveau la superficie du cimetière. La préfecture approuva cette décision par un arrêté en date du 22 mars 1962. Les travaux furent réalisés en plusieurs tranches.

 

En 1993, la superficie du cimetière sud s'élève à 11 hectares 12 ares et 85 centiares. Il comprend quelque 11 140 tombes. En principe, il est destiné à l'inhumation des personnes décédées à l'hôpital, aux morts trouvés sur la voie publique, aux habitants de Neuhof-Stockfeld et des quartiers situés au sud du canal de dérivation des hautes eaux de l'Ill, mais aussi aux personnes résidant à l'ouest du Polygone ou domiciliées route d'Altenheim.

 

Le cimetière sud compte aussi des monuments, notamment le monument aux morts de Strasbourg-Neuhof et Howarth. Réalisé en grès bigarré et inauguré en 1921, il est l'oeuvre des sculpteurs Maechling et Weber. Ce monument porte sur sa face avant l'inscription "Morts 1914-1918, 1939-1945", sur ses deux faces latérales les noms des défunts et sur sa face arrière le blason de la ville de Strasbourg.

Les quatre stèles en grès des Vosges qui l'entourent ont été érigées et inaugurées à la Toussaint en 1952. Trois des stèles portent les noms des soldats tombés entre 1939 et 1945, la quatrième ceux des disparus entre 1939 et 1945. Elles sont l'oeuvre du sculpteur neuhofois.

A l'endroit de l'actuel monument aux morts se trouvait autrefois un crucifix acquis par les habitants en 1826 grâce à une souscription.

 

Il porte l'inscription : "Oh Ihr alle die auf diesem Weg vorüber gehet merket ob ein Schmerz dem meinigen gleiche."

 

Un certain nombre de personnalités ont été inhumées dans ce cimetière. Nommons :

 

  • Charles Bartholmé, né en 1881 et décédé en 1962, président du conseil synodal de l'Eglise réformée d'Alsace et de Lorraine,
  • Soeur Anselme, supérieure générale de la congrégation des soeurs de la Croix du 29 octobre 1918 au 29 septembre 1945.
  • Emile Belin, né en 1841 et décédé en 1921, pasteur et directeur de l'orphelinat protestant de Neuhof.
  • François Bremsinger, né en 1790 et décédé en 1856, notaire et bienfaiteur de la paroisse Saint-Ignace.
  • Léon Hornecker, né en 1864 et décédé en 1924, artiste-peintre.
  • Laurent Lux, né en 1852 et décédé en 1935, chanoine.
  • La famille Rodolphe Reuss (1841-1924). Professeur honoraire de l'université de Strasbourg, Rodolphe Reuss reconstruira la bibliothèque de la ville qui fut détruite en 1870. Ce dernier ne repose pas dans la tombe familiale mais son père Edouard Reuss y est enterré.
  • Stephanie von Wedel, née de Hamilton en 1852 à Stockolm et décédée en 1937 à Stockolm, fondatrice de l'hospice Stéphanie.
  • Edouard Cunitz, né en 1812 et décédé en 1886, professeur de théologie protestante. Il légua sa fortune à l'université et est enterré dans la tombe Reuss.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Louis Eschbach