Famille ESCHBACH du Neuhof
Famille ESCHBACHdu Neuhof

 

Famille Eschbach

du Neuhof

 

 

Souche ESCHBACH

de

Wingersheim

 .

Vous trouverez sur ce

nouveau site Internet

toutes les informations

concernant

notre famille

.

Ce site a été créé le

15 Avril 2014

par

Jean Louis Eschbach

Webmestre

 

.

.

Actualité

.

 

Par respect du cachet privé, certains articles sont cryptés

réservés à l'usage de la famille Eschbach et ses alliées

 

Pour obtenir le mot de passe

n'hésitez pas à me contacter

en cliquant le bouton ci-dessous. 

 

Ce site a été crée le 1er Mai 2014

Il est administré

par

Jean Louis Eschbach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

visiteurs

.

Un peu d’histoire locale

Par André Humm

 

 

.

 

.

Les Reuss historiens locaux

0n ne peut retracer le passé de notre faubourg sans évoquer la mémoire de l'historien de l'Alsace, Rodolphe Reuss. C'est à lui que nous devons une histoire de Neuhof, éditée en 1884 et dédiée à son père Edouard Reuss, le théologien protestant, pour son 80e anniversaire. Rodolphe Reuss a considéré cette étude historique comme un véritable mémorial au modeste village qu'était alors Neuhof, où son père avait vu le jour et où se dressait leur maison de campagne.

 

Cet aimable village, écrivait-il, adossé à la forêt et comme embrassé par elle, avait pour lui un attrait particulier avec ses maisons basses et ses deux clochers. Père et fils l'avaient d'ailleurs salué avec le vers du poète latin Horace : "Ce coin du monde me sourit plus que tout autre..." Certes, beaucoup de choses ont changé depuis lors, mais le paysage conserve encore — pour combien de temps ? — quelques traits de son charme campagnard, avec tous ses jardins, ses champs et surtout ce qui reste de forêt.

.

Une ferme s’érige en faubourg

Neuhof n'a pas l'existence millénaire des villages de la plaine, car il est de fondation assez récente. Mais de tous les faubourgs de Strasbourg, il est, avec la Robertsau, celui qui est le plus ancien.

 

Durant longtemps, l'espace qui s'étend entre Neuhof et la ville est resté inhabité, et ce ne fut que vers 1820 qu'apparut, entre la gravière communale et la Ziegelau, le Ratzendörffel, village baptisé 30 ans plus tard "Neudorf".

Neuhof, par contre, a une histoire plus longue. Il y a sept siècles, notre région était encore couverte par l'épaisse forêt rhénane, forêt plus ou moins marécageuse et infestée de moustiques. Des bras du Rhin la sillonnaient : le Krimmeri ou Rhin Tortu, le Brunnwasser et le Rhin du Neuhof. Des eaux stagnantes rendaient le climat insalubre. Çà et là, il y avait peut-être quelques pâturages, mais Ie sol caillouteux et la menace d’inondations n'attiraient guère les hommes. Nous vivons, en effet, dans la plaine. d'inondation du Rhin, dans ce qu'on appelle le Ried. Autrefois, les débordements du fleuve étaient fréquents. Ils se répétèrent jusqu'à une époque récente, même après sa régularisation. En 1852, le village entier a été submergé et, en 1872, on se déplaçait en barques dans nos rues !

 

Les premiers propriétaires connus de cette région encore inhabitée étaient les puissants sires de Lichtenberg. Ils devaient tenir cette terre en fief de l'évêque de Strasbourg, comme ce fut le cas de plusieurs villages voisins se trouvant de l'autre rive du Rhin. Aujourd'hui encore une ferme près de la Ganzau et une rue du Stockfeld perpétuent leur souvenir. En 1370, Conrad de Lichtenberg vendit notre région à un riche Strasbourgeois nommé Walther Wahssicher. L'acte de vente mentionne la Ganzau, le Hackmesser et quelques autres Iieux-dits qui existent encore.

.

Le neue hoff, berceau de notre faubourg

Le  nom de Neuhof entre dans l'histoire locale en 1424 par la petite te porte, par la simple mention dans un document. Le Neue Hoff est le nom que portait alors une ferme qui sera le berceau de notre faubourg. Point n'est besoin d'un casse-tête philosophique, pour saisir le sens de ce nom : il s'agit là d'une "nouvelle ferme", construite sans doute peu de temps auparavant. A cette époque-là cette ferme ne se trouvait pas encore dans le ban de la ville de Strasbourg, mais relevait du village de Hundsfelden. Celui-ci était situé entre Kehl et Marlen, près du bac supérieur qui permettait de franchir le fleuve. Au cours du XVlème siècle, il fut emporté par le Rhin et ne fut jamais reconstruit.

.

 

 

.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Louis Eschbach