Famille ESCHBACH du Neuhof
Famille ESCHBACHdu Neuhof

 

Famille Eschbach

du Neuhof

 

 

Souche ESCHBACH

de

Wingersheim

 .

Vous trouverez sur ce

nouveau site Internet

toutes les informations

concernant

notre famille

.

Ce site a été créé le

15 Avril 2014

par

Jean Louis Eschbach

Webmestre

 

.

.

Actualité

.

 

Par respect du cachet privé, certains articles sont cryptés

réservés à l'usage de la famille Eschbach et ses alliées

 

Pour obtenir le mot de passe

n'hésitez pas à me contacter

en cliquant le bouton ci-dessous. 

 

Ce site a été crée le 1er Mai 2014

Il est administré

par

Jean Louis Eschbach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

visiteurs

 

.

 

 

 

Eglise


Saint Ignace

du Neuhof

 

 

Condensé historique d'après

les Archives de la Paroisse 

 

Par Auguste TERRISSE,

Georges MAIER

et Ernest ESCHBACH


 

 

 

Introduction

 

A l'occasion du Centenaire de l'église «St. Ignace » qui a été fêté en l'année 1950, il était intéressant et utile aux paroissiens de connaître l'histoire de leur église. Le récit d'Auguste Terisse qui va suivre donnera à chacun une idée de la grandeur de l'œuvre accomplie par nos aïeux, guidés par des prêtres et personnalités éminents.

 

La suite chronologique de la construction, de l'embellissement et de la modernisation de l'édifice est entrecoupée par des annotations concernant des personnalités connues qui intéresseront également le lecteur.

 

Prenons maintenant les documents jaunis par les années et déchiffrons, souvent à l'aide de la loupe, les écritures si variées et contournées, et devinons les signatures majestueuses des intellectuels et des paraphes simples et griffonnés de nos ancêtres.

 

Historique

 

a)La Chapelle des Jésuites 

 

En l'année 1681, après la capitulation de Strasbourg, Louis XIV a autorisé les Jésuites à s'établir dans cette ville. Le Roi Soleil leur fit cadeau du «Bruderhof» dans la rue des Frères. Les Jésuites s'établirent ensuite dans le domaine des Zeyssolf à la Robertsau. Leur université, jusqu'à présent installée à Molsheim, fut transférée à Strasbourg en 1702. Par un édit signé de Louvois, ministre de Louis XIV, ils furent exemptés de tout paiement d'impôts et de taxes.

.

En 1699 les Jésuites arrivèrent à Neuhof qui devint leur propriété par un contrat d'achat du 23 mars 1699. Ils s'installèrent au bord de la forêt, travaillèrent les terres et les champs environnants appelés "Jesuitenfeld". Ils construisirent une ferme et une première chapelle dans laquelle un père disait la messe tous les jours et y donnait l'instruction religieuse. Leurs domestiques et journaliers habitaient de petites maisons aux alentours de la chapelle (emplacement entre l'orphelinat protestant et la poste et dans la "Hintergasse"). Parmi les premières familles nous trouvons les noms de Amann, Klein, Hornecker et Schneider.

 

b) L'ancienne église

 

En février 1763, Loua XV, influencé par Mme de Pompadour et Choiseul, son ministre, signa le décret de dissolution de la Compagnie de Jésus en France. Toutefois sous la protection du Cardinal de Rohan, les Jésuites continuèrent à travailler et à enseigner à Neuhof, mais ils abandonnèrent l'habit et le nom.

 

Plus tard, en 1773, les Jésuites furent chassés du pays et un propriétaire nommé Burgraf achetait le terrain des Jésuites et la chapelle.

  • « Les Catholiques de Neuhof ont acquis le 9 Germinal, an 8. (27 févr. 1800) du M. Burgraf, l'ancienne chapelle des jésuites avec le terrain qui l'environne et l'ont abandonné comme propriété à la fabrique. Cette acquisition s'est faite pour la somme de mille quarante quatre francs (1.044 frs).Cette chapelle n'étant plus assez vaste, les catholiques ont construit en 1807 l'église actuelle (en 1845) dont la dépense s'est élevée à 8.000 Frs, ils en ont payé successivement par des contributions volontaires 6.000 frs, les 2.OOO frs dont ils restaient débiteurs ont été payés par la ville plus tard. Total de 7.044 frs payés par les fidèles.»C'était l'oeuvre du curé Mantz Adamus à Neuhof de 1803 à 1811. »

Cette église n'avait qu'un seul mur en pierre, celui du côté de la rue, les deux pignons et le côté du jardin étaient en bois, de même les encadrements des fenêtres. L'allée au milieu de l'église était carrelée.

 

La deuxième église fut bientôt trop petite par suite de l'accroissement de la population de Neuhof (1.300 à 1.400 âmes catholiques) et dès 1829 la ville de Strasbourg, à la suite de démarches de la population de Neuhof, envisagea la construction d'une grande église. Elle vota le crédit de 10.000 frs pour la construction, et 3.000 frs pour l'achat d'un terrain. Mais le projet dormait dans les dossiers. Après les journées de juillet 1830 (les trois glorieuses) cet argent fut dépensé pour l'organisation de la Garde Nationale à Strasbourg.

 

 c) L'église St-Ignace actuelle - Installation de M. le Curé SIFFRID

 

  • « Le 15 février 1832 le curé Mathias Siffrid, ancien principal du Petit Séminaire de Strasbourg et en dernier lieu curé desservant de Schiltigheim, fut installé à l'église paroissiale de Neuhof par M. le Chanoine Jean-Jacques VION, archiprêtre de la Cathédrale de Strasbourg, nommé commissaire par mandatement et Monseigneur Jean-Marie- François de Trevern, évêque de Strasbourg. »
  • Le procès-verbal d'installation est signé par MM- Vion - Biot - Siffrid - Schittig et des habitants Adam - Weinling - Schmitt - Kuster et Berg

Ce prêtre, homme intelligent et énergique, administra la paroisse jusqu'au 18 Mai 1864. C'est lui qui fit construire l'église actuelle.

Mais cette nouvelle église ne s"est pas faite toute seule mais a été l'objet d'une lutte contre les autorités civiles.

 

Suivons dans le registre des délibérations du conseil de fabrique les différentes phases de cette «lutte» dans laquelle les fidèles catholiques ont eu gain de cause.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Louis Eschbach